Mercredi 9 Août 2017: carretera transistmica (Ciudad de Panama – Nombre de Dios)

Journée d’un océan à l’autre à travers le Panama.

Strava: https://www.strava.com/activities/1135619226/shareable_images/map_based?hl=en-US&v=1502834835

Je pars en pleine heure de pointe, le cauchemar. En face de moi, dans le sens opposé, tout est bouché par plein de connards tous seuls dans leurs bagnoles. C’est partout pareil.

J’admire le métro aérien au passage. J’insulte les chauffeurs de bus incompétents qui me frôlent ou me tassent de la route. Ils mourront dans d’atroces souffrances en voyant leur bus brûler. 

15 km plus loin, rien n’a changé. Le trafic panaméen, c’est du sérieux. 

Comme pour arriver en ville, j’ai le choix entre une autoroute, et une autre route, quasi-autoroute. Bref c’est pas la journée la plus plaisante du voyage.

Ah, là je peux prendre un petit détour pour économiser un peu mes nerfs. Bonne surprise: un barrage! Et ce qui ressemble à une station de pompage pour alimenter le canal.

Je poursuis jusqu’à Sabanitas. J’achète plein de trucs dont j’ai pas un réel besoin, mais qui seront bienvenus pour grignoter sur le bateau si la bouffe s’avère un peu légère. Cacahuètes, en veux-tu? En voilà.

Je trouve aussi un short de bain, qui me permettra de me baigner dans la mer sans saler démesurément mes cuissards.

Pause-bouffe sous un appenti dans une sorte de pâture. Je sentais la pluie venir et je voulais un abri…j’ai bien fait: ça se met à dracher pendant que je mange mes sandwiches au fromage à la crème et aux fines herbes (fait en Espagne, merde) et bois mon nectar d’abricot (fait en Turquie! Merde! Par contre, plutôt bon: abricot/sucre/eau/acide citrique. Même pas de colorant ou de benzoate de sodium!)

Je repars, maintenant sur la petite route côtière. Beaucoup plus accueillante, même si certains chauffards de bus méritent toujours une lente agonie.

L’Atlantique est en vue! Le bon vieil Atlantique. Par temps clair on peut voir la baie de Somme mais aujourd’hui c’est nuageux. 

Portobelo: petite bourgade avec de vieux forts sympathiques. Je pause un peu et essorre mes chaussettes: les chaussures font « floc floc » depuis la grosse pluie d’orage prise quelques minutes plus tôt.

Derniers kilomètres sympathiques, petite route bosselée jusqu’à ma cabane louée pour la nuit. Au calme dans la jungle, avant cinq jours sur un bateau surpeuplé. 

Demain j’ai rendez-vous vers 9h pour la rencontre pré-embarquement, puis c’est parti pour cinq jours sur les îles San Blas et en mer. Probablement silence radio pendant ce temps là, ne vous affolez pas.

Bonne nuit sur la terre ferme.

Publicités

Vendredi 26 Mai 2017: départ en weekend (Bottom Walnut – Bald Eagle State Forest)

Journée ambivalente. Belle matinée sur la fin de la Pine Creek Rail Trail, puis bof.

Tortue et autres bestioles: je suis tout fou.

Arrivée à Jersey Shore. Lecture des panneaux historiques sur l’ancienne surexploitation des forêts locales et déprime. Retour au trafic, aux pickups rugissants: redéprime. Casse de rayon côté cassette, niveau écrou (le plus chiant à réparer): reredéprime. Vent dans le nez: OK, c’est une journée de merde. Bon, au moins il pleut pas.

Réparation de rayon dans le vent, après la pause bouffe.

Poubelles: fruits et légumes à gogo. Y’a aussi plein de trucs américains dégueu que je sors même pas des sacs. J’engloutis un ananas (déjà découpé, encore frais) sur place et en embarque deux autres. Chargé comme pour traverser le désert. 

Je m’arrête quand même pour acheter des oeufs, cherchez l’erreur. 

Crevaison. Le fond de jante, déplacé lors du changement de rayon, est vieux et pourri. Je le change.

Vent de face.

Pas réussi à rattraper un mec que je voyais au loin. Honte. Mais y’a du vent.

Instant cool: une sorte defoire où plein de trucs en tous genres sont en vente. Il y a des gens qui se déplacent en charrette à cheval: je me demande si c’est pas des amiches. J’aimerais bien en rencontrer…mais là j’ai bien trop peu avancé pour glander là. Et surtout je préférerais ne pas être un autre con de touriste qui veut juste voir des amiches, ce sont aussi des gens…! Roule. 

Vent, vent.

Montée laborieuse vers la forêt. J’ai l’air d’un gars du coin: un con ralentit à mon niveau alors que j’en chie dans la montée…pour me demander s’il y a une station service dans le coin. C’est sûr qu’à vélo, on vient forcément de pas loin, hein? Non mais. Je lui dis en me marrant que j’en ai aucune idée et lui souhaite bonne chance dans sa quête pathétique. 

Gueuleton de poubelles. Réparation de chambre à air. Dodo.

Demain il pleut.

Vendredi-Dimanche 19-21 Juin 2015: Chaudière et Mégantic

Au programme de ce week-end, quelques centaines de kilomètres entre Sainte-Marie de Beauce et le Mont Mégantic, aller-retour. Le temps s’annonçait super jusqu’à dimanche 14h, profitons-en! Je quitte Sainte-Marie vers 15h, fraîchement emménagé dans ma nouvelle piaule. Rien de palpitant à signaler, la route 112 est peu plaisante, il y a pas mal de trafic. Je ramasse 2 puddings chômeurs (sorte de grosse tarte au sucre) à La Guadeloupe. Des calories, en veux tu? En voilà!

Je quitte la grosse route à La Guadeloupe, et rejoins Lac Drolet à travers la forêt, par une route de gravier relativement en bon état. Croisé à peine quelques vroum-vroums sur dizaines de kilomètres.

À la sortie de ma micro-traversée du désert, je me cherche un endroit pour camper, et aboutis derrière une patinoire qui est en ce moment du gazon. Tente, bouffe, dodo, il est relativement tard. Et merde, j’ai oublié mes lunettes…je fait baigner ma lentille dans un petit récipient de fortune.

Debout vers 6h, sur la route vers 8h, la routine habituelle. Un petit papi vient taper la discute vers 7h, il me dit que le chemin juste au-dessus est une ancienne voie de chemin de fer qui va jusqu’à Lac-Mégantic. Mais mes pneus 700×28 ne font pas le poids…à moi l’asphalte de la route 263.

Le Mont Mégantic apparaît à l’horizon. J’adore cette montagne, je sais pas, elle me fascine. C’est au moins la sixième fois que j’y vais, vélo et pieds, été et hiver confondus, et j’en redemande…

20150620_08_16_18_IMG_4857

À l’horizon, le Mont…

Je contourne le Lac Mégantic par l’ouest. Évidemment je pense à la catastrophe du 6 Juillet 2013. Le bilan de ma pensée est simple: la vraie catastrophe, c’est qu’on roule toujours en bagnole et qu’on prend encore l’avion, et que personne ne semble y faire quoi que ce soit. Enfin bref…j’enchaîne les montées-descentes. Chargé, je prends mon temps dans les côtes, en 26×34, mouline, mouline.

Petit coup de cul à venir.

Petit coup de cul à venir.

Au pied de la montagne, je m’arrête à l’accueil du parc national. Il y a un peu de monde, mais je tente ma chance…oui, je peux laisser les bagages ici pour la montée! Hop hop, je tasse mon bazar derrière le comptoir et me lance à l’assaut des monts. Parce que oui, il y en a deux au menu: le Saint-Joseph, qui est le plus sérieux avec son « mur » à 18%, et le Mégantic, plus gentil avec ses 12-13% relativement constants. Ah, elle m’avait manqué, cette montagne!

Je finis par arriver en haut. C’est quand même du sport, mais Éole était avec moi, avec ses quelques kilomètres par heure. La vue, dans ces conditions, est magnifique: le ciel est super-dégagé, lumineux, il fait relativement frais, c’est le pied. Visez donc!

En haut du Mont Saint Joseph!

En haut du Mont Saint Joseph!

Panorama en haut du Mont Saint Joseph

Panorama en haut du Mont Saint Joseph

Panorama en haut du Mont Saint Joseph, suite

Panorama en haut du Mont Saint Joseph, suite

Vue depuis le Mont Mégantic

Vue depuis le Mont Mégantic

L'Observatoire

L’Observatoire

Je redescends…c’est toujours aussi vertigineux. Le frein avant de Tornado siffle tel une locomotive. Je ramasse mon bazar à l’accueil en remerciant chaleureusement, et roule vers Notre-Dame-des-Bois, où je mange au Bistrot Éphémère. Super surprise, bonne bouffe végé, je trippe au soleil.

Elle descend de la montagne à cheval

Elle descend de la montagne à cheval

J’emprunte ensuite la route des Sommets vers Lac Mégantic. Je ne m’attarde nulle part: j’ai rendez-vous à 100 km de là en fin d’après-midi, et il est déjà 13h30. Avec ces cotes et ces bagages, c’est plus « cyclo » que « touriste ». Hop, montées, descentes, on glande pas trop. Le sel s’accumule sur mon maillot.

Vallée de la Chaudière

Vallée de la Chaudière

Je descends avec joie vers la vallée de la Chaudière. J’ai 2500 m de dénivelé dans les pattes, je ne suis pas fâché de retrouver un terrain relativement plat. La vallée est belle, je suis poussé par une légère brise. Allez Tornado, remontons le temps, et essayons de remonter la moyenne à 20 km/h!

Vallée de la Chaudière

Vallée de la Chaudière

La Chaudière

La Chaudière

La passerelle à vroum-vroums sur la Chaudière

La passerelle à vroum-vroums sur la Chaudière

J’arrive à Saint-Martin un peu après 18h et suis accueilli par G. et V.. En fait, le but de mon passage ici est de visiter la fermette et le terrain qu’ils habitent, parce qu’ils sont vendeurs. Ils m’offrent l’hospitalité, super sympas, merci les amis. Ça fait du bien de rencontrer des vraies gens. Je suis charmé par l’endroit, il y a beaucoup de réflexion avant de se porter acquéreur…mais le hamster court dans sa petite cage dans un coin de ma tête, et il finira bien par se décider.

Je repars le lendemain matin pour la dernière petite étape de ma virée. Il fait humide, mais je n’ai que quelques gouttes. Je fais quelques arrêts sur le chemin, par exemple pour admirer un joli pont couvert, ou une bonne vieille loco à vapeur. Tchouuu tchouuuu

La vallée de la Chaudière

La vallée de la Chaudière

La Chaudière

La Chaudière

Le pont couvert!

Le pont couvert!

Sur le pont, sous la couverture...

Sur le pont, sous la couverture…

Tchouc-tchouc, Vallée-Jonction, 2 minutes d'arrêt

Tchouc-tchouc, Vallée-Jonction, 2 minutes d’arrêt

Finalement, je suis de retour avant midi, et peux vaquer à d’autres occupations le dimanche après-midi. Dont certaines aussi palpitantes qu’écrire cet article de blog!

Finalement, je suis de retour avant midi, et peux vaquer à d’autres occupations le dimanche après-midi. Dont certaines aussi palpitantes qu’écrire cet article de blog!

Pour ceux que ça intéresse, les parcours sur Strava:

http://app.strava.com/activities/330078487/embed/47512bf21b2a5b65e5e54bf2dd3b4c339fa3ebef
http://app.strava.com/activities/330078507/embed/aa2de9d433ab6d45e7ea6b014505ebb91c10e66d
http://app.strava.com/activities/330078470/embed/0ddabf41931142152bcae65aa8e5b83c29c889f5