Dimanche-Lundi 27-28 Août 2017: le retour (Minca – Montréal)

Et oui, un mois et demi de retard pour cet article, j’avais autre chose à faire.

Version courte: Je suis rentré.

Version longue:

Je pars de Minca le dimanche matin assez tôt. J’avais dans la semaine demandé à une boutique de vélo de me garder un carton pour emballer mon précieux. On m’avait assuré que les agents de sécurité de l’immeuble l’auraient, puisque le dimanche tout est fermé. Laure confirme pour moi par téléphone la veille avant la fermeture de la boutique: la boîte m’attendra comme prévu, tout roule.

Sauf qu’évidemment…je me suis pointé et y’avait pas de boîte. Les gars ont fouillé et re-fouillé, rien. Bon, fait chier. En plus de ça je suis pas bien, trop bouffé/picolé la veille ou que sais-je, je suis un peu malade.

Bon. Faut que je me démerde. Je vais de quincaillerie en vendeur de meuble en atelier de vélo et finis par amasser assez de cartons hétéroclites pour me débrouiller. J’achète aussi un gros rouleau de cellophane, et me traîne jusqu’au terminal de bus de Santa Marta. Au boulot.

Une heure et demi plus tard environ, le paquet est prêt. J’en ai un peu chié à l’enrouler dans la cellophane, faire rouler une boîte de 23 kg de 130x100x25 cm c’est pas facile. Mais le résultat est là!

Je prends le bus en payant un supplément-pot-de-vin au bagagiste pour embarquer le vélo. C’est parti pour 6h de vroum-vroum jusque Cartagena. Rembobinage de mes deux derniers jours de route, en somme.

Taxi pour mon hôtel, roule comme un fou comme tout le monde, hôtel cher mais pratique car très proche de l’aéroport. Dodo.

400 m avec le vélo et les sacoches sur le dos, bonjour. Mon épaule est sciée par la corde que j’ai utilisée comme poignée pour le gros carton.

Deuxième couche de cellophane sur le carton, puis sur les sacoches (sacoches arrières en soute, et avant comme bagage à main). Enregistrement des bagages: on ne me fait pas payer le vélo, alors que c’est marqué que c’est 100$ sur le site internet. MERCI Copa Airlines!

Petites courses pour dépenser les derniers pesos, et j’attends l’avion. Quelques minutes avant d’embarquer je me mets à trembler, j’ai de la fièvre et pas à-peu-près. J’ai froid! Au point que le steward me demande si ça va: un gars qui tremble en montant dans un avion c’est louche. Encore plus quand ça s’aggrave en approchant du décollage.

Bref je me fais surveiller, je me sens pas bien mais ça va aller. Je pionce un peu pendant le vol jusqu’à Panama.

Panama, aéroport international de Tocumen. Je me décide à aller à l’infirmerie. Je dois sortir de la zone internationale, formalités migratoires d’entrée-sortie du pays au programme, super. Finalement le médecin et l’infirmier me disent de m’hydrater et me filent du paracétamol pour la fièvre. Je le prends pas.

Je bouffe un truc hors de prix de l’aéroport et vais me rouler en boule dans un coin sur mon matelas de camping, comme un vieux chat à l’agonie.

Finalement je me sens un peu mieux à l’approche du vol vers Montréal, vers 18h.

Quelques films plus tard j’atterris au Québec. Je retrouve mon vélo et mes sacoches à moitié déballés: c’était louche, tout ce cellophane.

Douce et heureuse surprise à l’aéroport, ma dulcinée est venue me chercher. Baume au cœur.

Dodo, vélo, et boulot. Fin de l’aventure pour l’instant, on va se faire une vie et on verra après. À vous les studios.

Publicités

Une réflexion sur “Dimanche-Lundi 27-28 Août 2017: le retour (Minca – Montréal)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s