Samedi 1er Juillet 2017: las formigas y el Tajin (La Camelia, VER – San Pablo, VER)

Nuit peu tranquille. Chiens errants qui aboient: saloperies. Vraiment pas bien dormi.

J’avais laissé quelques offrandes aux fourmis en espérant ne pas être emmerdé. Elles ne sont pas rentrées dans la tente, déjà. Par contre…

…à peu près toute la bouffe qui est dans les sacoches grouille. Je sauve à peu près tout, sauf les noix de cajou, qu’elles semblent particulièrement aimer. Bref, saloperies.

Bon orage pendant le déjeuner et le remballage. Content d’être sous le préau communal. La foudre tombe juste à côté, impressionnant.

En gros je commence la journée vraiment pas heureux. « Dis, quand reviendras-tu » résonne dans ma tête.

Je prends la route. Il pleut un peu. Quelques paysages décents dans la grisaille.

Tuxpan. Je m’attarde pas en ville. Pas assez roulé pour une pause de toutes façons. Garmin plante, pour changer.

Toute cette pluie rend les routes gluantes. Je me vautre à faible allure dans un quartier résidentiel. Trous dans deux sacoches et éraflure au genou droit. Note: écrire à Arkel pour leur demander des sacoches plus lourdes mais résistantes. Un trou avec une si petite abrasion c’est un peu triste, surtout au prix de ces sacoches. 

Route pourrie sur une vingtaine de kilomètres. Gravier, nids de poules. Dans les villages c’est mieux mais il y a toujours ces putain de ralentisseurs de la mort. Je perds presque une sacoche sur l’un d’entre eux. Je fais l’aspi à un double semi-remorque, mais à 17km/h ça change pas grand chose.

Enfin, de l’asphalte! Ça fait encore plus de bien que le soleil après la pluie.

Poza Rica: une autre fourmilière insupportable. Je fonce dans le trafic.

Pause tacos, puis jus d’ananas frais (enfin un peu fermenté quand même,  mais bon).

El Tajin, détour du jour repéré sur la carte du petit hier. Ruines de cité aztèque (me semble), assez sympa. Quelques touristes.

Je filtre 6 litres d’eau avant de me taper une bonne montée jusque El Chote. Bonne idée, non?! 

El Chote: panaderia et je me prendrais bien un hôtel pour être un peu plus sec et sans fourmis. Il est 17h mais c’est cher et/ou pas pratique avec le vélo. Je quitte la ville.

Grosse route qui ne respecte pas le couvre-feu. Je repère un spot sur la carte, qui a l’air cool depuis la route: des orangeraies en bas de la vallée. Je demande à une madame si à son avis je peux camper là. Elle dit que oui. Je descends audit spot et tombe sur ni plus ni moins que le proprio. Un mec au téléphone avec des lunettes autour du coup, il avait bel et bien l’air du proprio.

Il me dit que pas de problème, je peux camper là. 

Me voilà donc au coeur d’une orangeraie pour la nuit. Dommage que ce soit pas la saison. Dommage aussi que j’aie renversé du bouillon dans la tente et piétiné une fourmilière en me brossant les dents. Saloperiiiiiiiies! Espérons qu’elles laissent la tente en paix pour la nuit.

Bonne nuit orange!

Publicités

Une réflexion sur “Samedi 1er Juillet 2017: las formigas y el Tajin (La Camelia, VER – San Pablo, VER)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s