Vendredi 2 Juin 2017: bye, WV (Ruth, WV – Yatesville State Park, KY)

Me voilà rendu au Kentucky!
Départ tardif. Je me suis réveillé tard, j’avais probablement besoin de sommeil. En tous cas j’ai bien dormi dans ma doublure toute neuve!

Grosse galère pour arriver à la route 214, pas enregistrée par Garmin. La « Sawmill Road » n’existe plus, c’est un chemin raviné difficilement praticable. Après quelques centaines de mètres à pousser le vélo dans le bois, j’en sors. Et en fait je suis dans une sorte de quartier de merde avec une barrière à l’entrée. 

Bref, je finis par être en route pour de bon. Plutôt sympa comme route d’ailleurs: petites vallées, montées-descentes, virages à gogo, bref sympa.

Hamlin: pause à la bibliothèque. Je rencontre Nicholas, 8 ans environ, qui me pose plein de questions sur mon vélo. Lui aussi est à vélo. Un cycliste ici, c’est rare. Plusieurs des quelques panneaux « share the road » se sont fait plomber ou vandaliser…mais les conducteurs sont courtois et d’une prudence extrême, dois-je le rappeler. Les québécois et leur route verte peuvent aller se rhabiller. Ici y’a pas de piste cyclable mais au moins les gens roulent bien moins comme des abrutis.

Bon, Nicholas, donc. J’explique un peu le principe au petit bonhomme (petit mais qui a quand même l’air de bien manger à la cantine): vélo, camping, vélo, et voilà j’arrive de Montréal. Il a l’air assez intéressé. Peut-être un américain sauvé? 

High-five, salut Nicholas, nice to meet you.

Grosse poubelle: entres autres chocolat, 1.5 kg de noix de cajou rôties, chips. Sucré, salé, électrolytes: tout ce qu’il me faut pour rouler. Je bois pas assez, d’ailleurs. Déshydratation…Pipi marron attitude!

Fait traverser une tortue. 

Un chien me poursuit. Après quelques « BAH! », « Dégage! », et éventuellement quelques insultes vociféré-e-s, il lâche l’affaire.

Pause bouffe près du Beech Fork Lake, avec les campeurs en maisons roulantes. Je comprendrai jamais ça. Petite baignade, pique-nique, reconditionnement des noix (les boîtes prennent trop de place. Ça tombe bien, j’ai aussi trouvé des sacs ziploc…) et c’est reparti vers le Kentucky.

Semblant d’heure de pointe à Wayne, mais ça va.

Fort Gay: ville sinistrée.  Plein de trucs abandonnés. Triste. Mais au moins le train y passe. Louisa, de l’autre côté de la Big Sandy River, au Kentucky: moins pire. 

L’image d’un habitant du Kentucky que j’avais: chapeau, bretelles, barbe blanche. Eh bien la première personne qui vjent me parler, c’était mon image. Comme Ikea et la blonde en Suède. 

Beurre de peanut: y’a pas UN pot parmis les 173649 du rayon qui est 100% arachides. Putain de pays. Je me rabats sur le seul pot contenant  arachides et sel. Le pot est en verre, je regrette d’avoir bazardé le mien qui était aussi vide qu’en plastique. Dee Dee, madame de l’épicerie, me file un pote en plastique. Elle me demande d’où je viens. 

« De France. » « De FRANCE?!!! Mais qu’est-ce que t’es venu foutre ici?! », demande-t-elle, presque outrée. Discussion rapide. « Here it sucks », qu’elle dit avec l’accent kentuckien. L’herbe est toujours plus verte ailleurs,  faut croire.

Je monte au Yatesville State Park, espérant que le camping soit gratuit comme en Pennsylvanie. 

19$: tu rêves, mon gars. Bah, y’a une douche, et de l’électricité aux chiottes, où les gens vont en voiture, bien sûr. Pour la tranquillité par contre, on repassera: radios, clébards…

Bonne nuit quand même!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s