Jeudi 17 Septembre 2015: St. Catharines – Palmyra

 Après un weekend complet à travailler dans la pluie et la boue, je me suis permis de récupérer deux jours: les jeudi et vendredi suivants. L’occasion d’une balade jusqu’à Albany (560 km de là), pour visiter Julien, ami rencontré l’année dernière sur un site québécois. Le retour se fera bus: dans le moyen-âge du transport en commun que sont les États-Unis, certains trains n’acceptent pas du tout les vélos, même emballés.

Comme je suis assez fatigué en ce moment, je décide d’y aller en mode feignant, comprenez avec vélo ultra léger et aucun bagage si ce n’est un petit sac à dos. Hébergement Warmshowers et motel: voyage « carte de crédit », léger et rapide.

J’enfourche Amadeus, direction les chutes du Niagara, où je vais tenter de passer la frontière. J’y vais mollo, des petites douleurs aux têtes de péronés sont à surveiller.

Je passe le pont sur la rivière Niagara, qui offre une très belle vue, et me retrouve à angoisser un peu à l’approche de la douane. J’ai de quoi montrer patte blanche, mais on ne sait jamais.

Finalement je passe comme une lettre à la poste, juste des questions habituelles, et aussi « pourquoi aller voir ton ami à vélo et pas en voiture? ». Ça reflète bien la vision pathétique qu’ont la plupart des américains du vélo: ce truc dangereux, principalement destiné aux enfants, qu’on accroche sur sa voiture pour aller en profiter sur une piste cyclable. On est loin du cyclisme véhiculaire, évidemment.

Je peine à le croire, mais c’est bien vrai, j’ai passé la frontière à vélo, et me voilà en train de rouler aux États-Unis. Qui l’eut cru?!

DSCF0156

Une belle route de l’état de New York. Cap à l’est!

DSCF0158

Une double-voie déserte

DSCF0160

Amadeus en action

Je suis parti en voulant me reposer, et ai donc vérifié que les conditions seraient bonnes pour ces quatre jours. Le temps est au beau fixe, petite brise arrière, le pied.

Je rejoins le canal Erie à Lockport. Faute de temps avant de partir, je ne me suis pas trop penché sur l’itinéraire et ai fait confiance à Google. Il sait tout, Google.

DSCF0161

Écluses à Lockport

DSCF0163

Le canal Erie

En fait, mon itinéraire (ou plutôt, son itinéraire) suit la plupart du temps le canal Erie et la route cyclable 5 (plus ou moins cyclable, d’ailleurs). Très confortable et agréable, par contre pour l’asphalte, on repassera: l’essentiel du parcours est en poussière de roche. Heureusement, les Durano S n’en ont que faire.

DSCF0165

Pause-pommes-pasbonnes

DSCF0167

Canal, gravier, et petits vieux à l’horizon

DSCF0168

Itinéraire et gravillons

Rouler le long de l’eau, loin du trafic, est assez paisible. Je dépasse quelques petits vieux de sortie. Mais assez rapidement, ça devient monotone: quand j’en ai marre, je retourne sur la route. C’est relativement calme, et en général le revêtement est en super état. Bon, il y a toujours environ deux connards par jour pour me klaxonner; après tout, qu’est-ce qu’un vélo fait sur la route?

La campagne de l’état de New-York est plutôt sympathique, beaucoup de maïs, de fermes et fermettes. Je savoure le soleil américain, les têtes de péronés se font oublier, tout roule.

Je prends un peu de temps pour les appels et courriels du travail. Je culpabilise un peu, d’un côté le projet a besoin de moi, mais de l’autre, ma vie ne consiste pas seulement en planter des éoliennes, et y’a des limites.

Je m’arrête à Brockport pour manger, une petite soupe et un sandwich au hummus de la petite boulangerie du coin. Miam!

Je continue, toujours oscillant entre le canal et la route, jusqu’à rejoindre la ville de Rochester. Je rencontre Bill, qui rentre du boulot en Trek 520. On jase sur quelques kilomètres, son trajet en fait plus de 30…pas mal comme vélo-boulot. Il se limite à deux fois par semaine.

DSCF0169

Super rampe entre la route et la piste

DSCF0170

Éternel canal

DSCF0171

Écluse numéro 30

Salut Bill, « nice to meet you », moi je m’en vais rejoindre mes hôtes de ce soir un peu plus loin. C’est vers 17h30 que j’arrive chez Dale et Nina, à Palmyra. Je suis accuilli comme un roi, on cause de vélo, bien sûr, et d’autres. Sympas, la soixantaine, grands-parents, propriétaires d’un tandem couché super. La porte de la chambre dans laquelle je dors est couverte d’autocollants de marques et trucs de vélo: leur fille travaillait dans un magasin de vélo quand elle était ado et étudiante.

On mange ensemble, regarde un peu la carte, puis je vais récupérer de mes 198 km « rapides et légers ». Bonne nuit!

La journée sur Strava: http://www.strava.com/activities/394492608

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s